Un peu d’histoire : l’architecture haussmannienne

Qui est le baron Haussmann ?

Après une carrière de haut fonctionnaire dans plusieurs départements du Sud-ouest et du Sud-est de la France, Georges Eugène Haussmann fut nommé Préfet de la Seine en 1853 sous le règne de Napoléon III. Il n’obtint son titre de baron qu’en 1857 lors son accession au Sénat. Il fut l’artisan majeur des changements architecturaux et urbanistiques que connu Paris à cette époque et qui façonnent encore notre Capitale aujourd’hui.

 

Pourquoi transformer Paris ?

Au milieu du XIXème  siècle, Paris est bien loin d’être une ville où il fait bon vivre : rues étroites, mauvaise circulation, air vicié, etc. Las de ce constat chaotique, et fortement impressionné par l’architecture et l’urbanisme de Londres, Napoléon III souhaite redonner ses lettres de noblesse à la Capitale.

 

Les grands travaux du baron Haussmann

La construction des grandes voies de circulation

Les grands travaux commencèrent par une vague d’expropriation sans précédent. 20 000 maisons sont ainsi détruites. Cela permet notamment la construction de grandes voies Nord-Sud et Est-Ouest destinées à amélioration la circulation des personnes et de l’air.

Ces voies existent toujours. Selon un axe, Nord-Sud sont ainsi construits :

– Le boulevard Sébastopol, en l’honneur de la bataille de Sébastopol remportée par Napoléon IIII et ses alliés lors de la guerre de Crimée en 1854-1855 ;

– Le boulevard Saint-Michel, en raison de la fontaine du même construite par Haussmann montrant Saint Michel terrassant le dragon.

Selon un axe Est-Ouest est construite la rue de Rivoli, en l’honneur de la bataille de Rivoli remportée par Napoléon Ier en 1797 face aux autrichiens.

 

L’architecture des immeubles

Seuls les façades des immeubles sont modernisées. Ainsi la façade dite haussmannienne a toujours les mêmes caractéristiques, et ce afin d’assurer une unité entre les différents immeubles :

– Rez-de-chaussée et entresol avec mur à profonds redans ;

– Deuxième étage « noble » avec un ou deux balcons ; troisième et quatrième étage dans le même style mais avec des encadrements de fenêtre moins riches ;

– Cinquième étage avec balcon filant, sans décorations ; – combles à 45 degrés

 

Source : Delacourt Immobilier

Facebook20
TWITTER
LinkedIn